Le bébé du papillon

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tom est n il y a 7 jours

mardi 14 septembre 2010

La goutte d'eau

J'avais décidé d'ouvrir ce blog, lors de ma première grossesse. Une suite logique du blog sur les prépas de mon mariage. Ces quelques pages m'ont vu grandir, mûrir, souffrir aussi. Des commentaires m'ont ému, des commentaires m'ont touché. Des commentaires m'ont fait beaucoup rire, aussi. Mais, des commentaires m'ont blessé. Un peu comme des tâches tenaces, qui ont peu à peu sali ce blog.

L'envie de poster, au fil des mois, s'est émoussé. Ces derniers temps, les commentaires se sont fait de plus en plus violents, jusqu'à devenir totalement insultants aujourd'hui. Bien évidemment, j'ai filtré un maximum de choses. Mais cette impression de blog sali ne me lâche plus. Ce jardin que j'aimais tant entretenir, est aujourd'hui trop envahi pour rester heureux.

Alors c'est ici que je clôture ces quelques pages. Mais plutôt que de retenir cette cruauté puérile, je retiendrai les belles rencontres que m'ont apporté ce blog. Des rencontres qui m'ont ouvert de nouvelles perspectives de réflexion, comme celui de Ma_aile. Ceux qui m'ont donné envie de me dépasser, comme celui de ChenillePapillon. Ceux qui me font rire, comme celui de Cali. Des mamans, venues ici par hasard et que je porte dans mon coeur depuis, comme Mam'Lou.

Les gens qui me sont proches savent où me trouver. Merci encore à toutes pour ces échanges, j'espère que ces amitiés virtuelles ne sont que le début d'une très belle aventure. ;-)

dimanche 12 septembre 2010

Mon 2 de coeur - Première séance d'haptonomie

J'ai jeté, avec un plaisir non dissimulé, l'invitation de ma maternité à leur préparation à l'accouchement. 7 séances sans intérêt, j'ai déjà donné, merci.

Pour Adrienne, je souhaitais être suivie, en tête à tête, par une sage-femme. Je voulais que cette préparation inclue le futur papa. Je tenais à ce que ces séances soient un moment de partage, un moment qui serait entièrement consacré à Adrienne, qui nous permettrait de nouer un lien, in-utéro, avec elle.

(nb : je dis "elle", mais évidemment le sexe ne nous a toujours pas été confirmé. Pourtant, l'impression de porter une fille est de plus en plus tenace...la chute risque d'être fatale. ;-) )

J'ai réfléchi longtemps à la préparation idéale. Sophrologie, chant pré-natal, piscine... Et puis, j'ai écouté le témoignage de ma fée marocaine. Elle avait choisi l'haptonomie. Son enthousiasme, son émotion à retranscrire les séances vécues au cours de sa grossesse ont fini de me convaincre. Obtenir le précieux sésame ne fut pas simple : un seul centre sur Marseille, à l'autre bout de la ville. Mais quand le Papillon veut quelque chose...

Jeudi, nous avons donc rencontré ce petit bout de femme qui nous fait partager son savoir. Elle est douce, drôle et chaleureuse. Elle s'est d'abord intéressée à notre connaissance de l'haptonomie, à nos attentes. Puis elle nous a appris à ouvrir notre perception. Chose essentielle en haptonomie, car c'est grâce à cette perception que nous allons pouvoir nous ouvrir aux mouvements d'Adrienne. Par le toucher, nous allons la sentir, et communiquer avec elle. La sage-femme nous a aussi appris à nous détendre, car le contact avec Adrienne ne sera bénéfique que s'il est établi dans un climat sain et positif.

Je me rends compte qu'il est très difficile de retranscrire cet échange par écrit. Je comprends maintenant pourquoi ma fée marocaine, quand elle me racontait son expérience, avait un discours parfois...décousu. L'haptonomie ne se raconte pas, ça se ressent. Vraiment.

jeudi 9 septembre 2010

Cours d'essai Baby Gym

J'avais été surprise de trouver un club de Baby Gym, qui acceptait les bébés de 15 mois qui ne marchaient pas encore. En général, les cours démarrent à 12 mois, en indiquant bien que l'enfant doit être marcheur. J'avais donc sauté sur l'occasion pour m'inscrire à un cours d'essai.

Autant le directeur n'avait pas tilté sur la motricité de Tom, autant la prof qui nous reçoit montre son désappointement. Nous devons partager le cours avec 2 autres garçons. Je vois bien que Tom a envie de communiquer avec eux, mais l'un ne fait qu'hurler en courant partout, et l'autre...ne peut s'empêcher de frapper Tom. Ce dernier me regarde totalement interloqué, c'est la première fois qu'une chose pareille lui arrive. Je me sens très mal à l'aise, partagée entre le fait de comprendre cette maman qui essaie vainement de calmer son fiston...et mon propre Tommy, qui semble si abasourdi. Il ne pleure pas, il tendra même sa joue pour proposer un câlin...qui sera reçu par une énième baffe, évidemment.

La prof n'arrive pas à gérer les 2 garçons marcheurs et turbulents, et mon Tommy qui ne peut pas les suivre. Elle nous propose donc de changer de groupe, les 6-12 mois. Je comprends à demi-mot que cette jeune diplômée de sport n'a jamais travaillé avec la petite enfance. Certains mots me gênent : "Il va bien falloir marcher Tom !" (...) " Tu es un sacré fainéant tout de même !" (...) "A la fin du cours, tu ramperas à 4 pattes, c'est décidé !".

Elle réussira, à force de le repositionner et de lui crier dans les oreilles, à ce que Tom rampe sur toute la longueur de la pièce. Elle semble très fière d'elle-même, s'étonnant que je ne partage pas son enthousiasme. Mon esprit est ailleurs. Je comprends finalement pourquoi la majorité des clubs de Baby Gym ne démarre qu'aux 2 ans de l'enfant. Je regarde Tom, je me demande ce que nous faisons ici. Je voulais un moment convivial, un moment d'échange, un moment léger et ludique. Pas ça...

Et puis, à 140€ le trimestre...je préfère encore les investir dans 30 places pour des représentations théâtrales.

mardi 7 septembre 2010

Petit point Motricité - 2

C'est en lisant de récents commentaires déplacés sur la motricité de Tom, que j'ai remarqué ne pas en avoir parlé depuis fort longtemps.

(D'ailleurs, je fais un aparté sur ces fameux commentaires, je trouve cela assez incroyable que des lectrices, avec seulement quelques photos de Tom à l'appui, puissent faire des diagnostics digne d'un psychomotricien. Pour info, un diplôme de psychomotricien, c'est une école de 3 ans, et un concours en béton armé pour y accéder. A bonnes entendeuses...)

Bref, tout ça pour dire que Tom a profité de l'été pour avancer, doucement, sur le chemin ardu de l'acquisition de la marche. Depuis 2 mois, il sait se mettre debout , tout seul, avec appui. Il peut se déplacer, toujours avec appui, de meuble en meuble. Il sait aussi mettre un pas l'un devant l'autre, mais toujours aidé d'un tiers. Ce que nous évitons de faire au maximum, car nous savons qu'il n'est pas très conseillé d'assister les enfants à ce niveau. Il faut qu'ils apprennent d'eux-mêmes leur équilibre, c'est ainsi que la marche acquise sera plus sûre.

Sinon, Tom se déplace toujours sur les fesses, avec une méthode bien à lui, qui impressionne toujours son public. Je crois d'ailleurs que c'est pour ça que la marche ne l'intéresse pas pour le moment : il a trouvé un moyen de se rendre d'un point A à un point B, pourquoi s'enquiquiner davantage ? ;-)

(Et pour répondre à mes détractrices, ce post n'a pas vocation de me justifier sur le fait que mon fils ne marche pas à 15 mois, fort heureusement je ne m'inquiète pas du tout pour lui, là tout de suite, et pour être totalement franche, je m'inquiète surtout pour nos retraites. ;-) )

dimanche 5 septembre 2010

Adrienne est furax

Alors comme ça, ma mère raconte que je joue ma discrète ? Que, genre, mon nid il est minuscule ???

Et
, mon nid il vous dit quoi hein ?! ;-)

Bon sinon, j'ai trop aimé les Alpes, même que je veux y retourner, in-utéro, parce qu'apparemment les plats à base de fromage fondu ça me réussit...

...mais Papa il veut pas, il a peur que maman accouche sur une piste de ski. ;-)

jeudi 2 septembre 2010

C'est la rentrée !

Et qui dit rentrée ici, dit retour des activités de Tommy !

Ah j'en ai passé de longues heures à fouiller sur le net, pendue au téléphone pour établir un véritable emploi du temps de ministre à Tom. Il fallait conjuguer son âge et donc des activités adaptées à son éveil, avec un nouveau rythme de sieste, un nouvel emplacement géographique, un budget raisonnable et surtout...Adrienne, qui pousse à une vitesse folle et me laisse peu d'énergie.

Mais ça y est, après quelques ultimes coups de fil, le planning 2010-2011 est bouclé. Le lundi, jeudi et vendredi matin, nous pourrons assister à des accueils-jeu, en compagnie d'autres enfants et mamans. L'entrée est libre et gratuite. Le lundi, ce sera au fameux Zèbre Zen. Le jeudi, dans un centre municipal en face de la maison, et le vendredi dans un autre centre municipal, à quelques stations de tram de chez nous.

Le mercredi matin, Tom va participer à des ateliers de Baby-Gym, en centre-ville. Le samedi, on reprend l'éveil musical, toujours au Zèbre Zen. Et le dimanche, nous retournerons avec beaucoup de plaisir aux bébés nageurs.

Restera le mardi matin, qui est vide pour l'instant, et qui nous permettra de nous reposer un peu. Evidemment, de nombreux évènements ponctuels sont aussi prévus au cours de l'année : pièces de théâtre, lectures de contes dans la bibliothèque du quartier, et des ateliers que Tom pourra démarrer à ses 18 mois, comme les ateliers des Petits Zèbres.

Est-ce qu'une femme enceinte peut prendre de la vitamine C ??? ;-)

mardi 31 août 2010

Toutes les bonnes choses ont une fin

Qu'il fut difficile de quitter cet havre de paix, cette fraîcheur, cette verdure et ce paysage que l'on aime tant. Ce n'est que le deuxième été que nous montons dans le pays de l'Ubaye, mais nous sommes déjà accro à ce petit coin de paradis. Il y a tant de choses à faire, les habitants sont adorables et l'Office de Tourisme y fait un boulot extraordinaire...

4 jours nous aurons suffi pour barboter, marcher, respirer, flâner, dormir (beaucoup), manger (oups !), s'émerveiller devant un très beau feu d'artifice, faire tester une télé-cabine à Tommy... Super Papa aura même eu l'immense privilège de voir Barcelonnette à la manière d'un oiseau...

Quelques photos par ici, pour les plus curieuses, avec une spéciale dédicace à toutes les Baby-cook Addicts...je vous ai retrouvé le modèle old-school, si ça c'est pas de la puériculture vintage, je ne m'y connais plus ! ;-)

mercredi 25 août 2010

Micro-vacances alpines

Mes proches savent que durant l'été, le départ en vacances est sacré. Même si le séjour est court, même si la destination est peu lointaine, le dépaysement doit avoir lieu. Malgré notre récente installation, nous ne comptions pas déroger pas à la règle.

Ce long week-end de 4 jours sur Barcelonnette va être salutaire à tout le monde : à Tommy, déjà, qui va pouvoir profiter de l'air frais et sain de la montagne.

A la future maman que je suis, aussi. J'ai légèrement sous-estimé la difficulté d'une grossesse avec un bébé en bas âge, à gérer seule au quotidien. Bébé qui a d'ailleurs décidé de réduire ses siestes de moitié...mais pas le rythme de ses bêtises. La présence de Super Papa à temps complet ne sera pas de refus.

Mais ce court séjour sera aussi et surtout bénéfique à Super Papa, qui justement, a grandement besoin de repos. Il va pouvoir profiter de son cadeau de noël : un baptème en parapente...

Tommy va avoir l'immense chance de voir son papa voler dans le ciel...

Bonne fin de semaine à tous et toutes !

lundi 23 août 2010

Tout est dit

Quand les enjeux de demain se jouent aujourd'hui...voici une vidéo de Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain et penseur. Merci infiniment au Monde des Enfants, pour ce partage si enrichissant.


Pierre Rabhi parle d'éducation
envoyé par mouvementcolibris. - L'info internationale vidéo.

Et pour les curieuses, voici les clichés de la galerie des 15 mois, avec en bonus ma coach, qui fut ce week-end la plus belle mariée qu'il m'ait été donné de voir...

vendredi 20 août 2010

L'évolution du (non) bidou

On m'avait dit que pour une deuxième grossesse, le ventre sort plus vite, plus gros, plus imposant. J'attendais donc le bide de compét', celui qui me permettrait de ne plus avoir à attendre dans les files d'attente, celui qui attendrirait les mamies.

Mais que nenni, mon bide se développe de la même façon que pour ma première grossesse. Autant dire qu'il prend très largement son temps. J'ai voulu, cette fois-ci, me prendre en photo, de manière régulière, avec les mêmes vêtements, et j'ai donc opté pour des fringues de grossesse, histoire de pouvoir les utiliser jusqu'au bout. Sauf qu'elles me sont trop grandes, et que le pauvre petit bidou n'y est pas très visible : à 4SG ; 6SG, 8SG (notez l'utilisation des lunettes pour masquer ma mine épouvantable), 10SG et la plus récente, à 14SG, vendredi dernier.

La démonstration n'étant pas très parlante, voici un cliché du bidou à 14SG, sans vêtements pour le cacher. Là on peut deviner la petite bosse...

C'est vrai que parfois, j'envie les futures mamans au ventre très rond
(oui Chloé, je parle bien de toi !!!), mais je me souviens de mes dernières semaine de grossesse pour Tom, où je pouvais dormir, me déplacer et vivre sans trop souffrir...alors mon petit ventre, je l'aime et je m'le garde. ;-)

mardi 17 août 2010

Mon 2 de coeur - Examen pré-natal - 4ème mois

C'est dans un état d'esprit serein que nous nous sommes rendus chez le gentil monsieur. Autant pour Tom, chaque rendez-vous était source d'angoisse ("allons-nous apprendre une mauvaise nouvelle ?" "est-ce que j'ai bien pensé à ma liste de questions ?" "oh là là, j'ai mangé du saumon fumé, c'est sûr Rocky va être malade !!!")...autant pour Adrienne, mon coeur est léger. Je sais que je vais avoir la chance de la voir sur le petit écran, c'est tout ce qui compte.

Le rendez-vous est fluide, chacun sait ce qu'il doit faire. Les papiers de mes analyses sont étalés sur le bureau, je connais déjà les questions que l'on va me poser. Oui les nausées ont été terribles, oui je vais mieux. Non je n'ai pas perdu de sang, oui j'ai parfois mal au ventre. Je sais déjà que mes analyses sont bonnes, je sais déjà que l'écho d'Adrienne est dans les normes.

Ce que je ne savais pas, c'est que les résultats du tri-test sont connus, et notre bébé a très peu de risque d'avoir la trisomie 21. Ce qui est un véritable soulagement.

Je suis déjà sur la balance et annonce mon poids avant même que l'on me le demande...j'entends le gentil monsieur rire, et grommeler un "l'avantage des nausées, c'est qu'on ne prend pas de poids...". Mon col est fermé, long et postérieur...des mots dont je connais maintenant la signification. Et enfin, notre futur bébé se dessine sur l'écran. Comme je l'avais parié avec Super Papa, il dort. En position de siège, il a les bras et les jambes recrovillés, à l'image du Penseur de Rodin. Alors que nous avions toujours vu Rocky gesticuler dans tous les sens, cette image d'un bébé presque immobile est très surprenante. On voit son coeur battre, ses petits poings devant son visage. Adrienne va bien, très bien même. Elle grandit, elle grossit, elle se développe de manière très satisfaisante.

C'est vrai que pour cette grossesse, on se sent moins angoissé, moins perdu. Mais pas moins émerveillé, ça c'est une évidence.

dimanche 15 août 2010

Le "up & down" de Tom (épisode 13)

J'aime...
- le Yop au chocolat. Papa a eu le malheur de m'en faire goûter...et je peux vous assurer qu'il s'en mord les doigts aujourd'hui. Parce que maintenant, dès que le frigo s'ouvre, je crapahute plus vite que mon ombre pour en récupérer la bouteille. Je hurle si les vieux s'en servent sans m'en donner un peu. Une fois, j'ai même réussi à récupérer une bouteille vide, et à en lécher le bouchon, jusqu'à ce qu'il soit tout propre...
- regarder les matchs de tennis, depuis mon nouveau balcon. Il donne directement sur 5 courts de tennis, et je pourrai passer des heures, dans les bras des vieux, à regarder les échanges de balles. Ca me captive.
- l'eau. Oui mais attention, je ne bois que de l'eau fraîche. Résultat, Maman doit changer l'eau de ma tasse environ 12 fois par jour.
( Pas du tout exigeant mon fils...)

J'aime pô...
- me retrouver tout seul. Pourtant, j'ai une super grande chambre maintenant, avec tous mes jouets. Mais non, je préfère suivre Maman dans toutes les pièces du nouvel appartement. Et faire des bêtises pour m'occuper, c'est tellement plus drôle.
(Oh rage et désespoir.)
- le sentiment de frustration. Etre changé si je n'en ai pas envie, attendre pour avoir mon morceau de pain d'épices, me faire retirer l'iphone ou le palm des mains...tout ceci provoque ma fureur. Impressionnante et surtout très bruyante, mais on s'y habitue.

Mais peut-être pas les voisins. ;-)

jeudi 12 août 2010

Mon 2 de coeur

J'ai eu envie d'un autre enfant, dès que l'on a posé Tom sur mon coeur. Mais, à l'époque, tout était encore très flou dans nos projets. Et puis notre espace actuel ne le permettait pas. Alors les mois ont passé, mais l'envie était toujours là.

(Je fais d'ailleurs un aparté sur le sujet. Je trouve cela assez incroyable, cette amnésie de la jeune mère. Oublié les nausées, oublié les contractions, oublié les affres de l'accouchement...juste l'envie irrépressible de revivre cette fabuleuse aventure. La femme est masochiste. ;-) )

Et puis, nos projets ont pris forme, j'avais enfin une vision de ce que serait ma vie à moyen terme. Ne restait plus qu'à trouver un appartement plus grand...ce que nous avons fait en quelques semaines à peine. La décision était prise, une fois notre compromis signé, nous pouvions laisser faire la nature...

...nature qui, encore ce coup-ci, n'a pas trainé pour nous ramener la cigogne. 15 jours, record battu. ;-)

C'est Tom le premier qui m'a mis sur la voie. Je l'ai trouvé très bizarre, en quelques jours il avait changé : possessif, colérique...je ne le reconnaissais plus. Très rapidement, les premiers symptômes sont arrivés, bien avant mon retard présumé. Et le test l'a confirmé...je portais à nouveau la vie.

Si pour Tom, j'ai tout de suite pressenti que j'attendais un garçon, cette fois-ci, je le sentais dans mes tripes : ce serait une fille. Pourtant, la grossesse est la même : les nausées, le ventre qui pousse tout doucement, les envies (peut-on mourir d'une overdose de camembert ???). Quand l'écho des 12SA est arrivé, nous avons demandé le pronostic de l'échographe, sans trop croire à une réponse. Notre bébé se porte bien, il bouge, il semble déjà avoir un caractère bien trempé (vous auriez vu ses bras gesticuler dans tous les sens, parce que l'on a osé trop appuyer sur mon ventre !).

Et là...je n'oublierai jamais, cette phrase entendue au loin, le regard de mon mari, tout ému et cette impression bizarre de voir du rose partout : "à priori, ce serait une fille".

Bon, on ne s'emballe pas, le verdict est loin d'être ferme mais n'empêche...elle est pas belle ma petite Adrienne, et  ?

(Bah vi, après Rocky...fallait bien trouver un surnom à la hauteur !!!)

mardi 10 août 2010

Note pour celles qui souhaitent un déménagement serein et calme

- Ne pas tenter le coup de la vente en cascade. C'est à dire, vendre un bien et en acheter un autre le même jour. Parce que forcément, tu as de nombreuses chances de finir avec un appart vendu...mais pas les clefs du nouveau. Le tout pour un simple papier qui manque... (Encore merci à Belle-Maman pour nous avoir hébergé 2 petites nuits.)

- Ne pas écouter son homme, qui pense pouvoir tout faire tout seul. Qui vide 50m², sur 3 semaines, après ses journées de boulot. Et se retrouve totalement épuisé, quand il est temps de remplir 70m². Et qu'il ne possède que 2 petites semaines de congés. (Un IMMENSE MERCI à mon Paternel, à Tatie Didine, au Tonton Corse, à Belle-Maman, à Oumar et à mon Gilou, pour vos bras, votre aide et votre réconfort, qui nous ont été très précieux. Et un GRAND BRAVO à Super Papa, qui, malgré la fatigue, a géré comme un chef.)

- Ne pas non plus déménager avec un bébé de 15 mois, qui ne trouve rien de mieux à faire que de sortir ses canines. Je défie quiconque de retrouver une pipette de Doliprane, au milieu d'un bordel sans nom. (Bon, je le charrie, à part cet épisode dentaire, il a été adorable, et malgré tous ces bouleversements, il a continué à manger, à dormir et à rire, comme à son habitude. "Un vrai clown ce petit", comme aime le dire son Papi.)

- Ne pas non plus déménager, enceinte de 3 mois. Quand tu pensais échapper aux nausées, et que tu te retrouves à rendre la moitié de tous tes repas. Quand le moindre effort te donne des vertiges. Quand tu te sens totalement inutile, face au travail que peut représenter un déménagement.

Mais malgré tout, malgré la fatigue, malgré les soucis de plomberie, malgré les petites chamailleries, je n'ai jamais été aussi sûre d'avoir fait le bon choix. Ces murs, je les ai aimé dès notre première visite, et je m'y sens vraiment, vraiment bien. Un peu comme si j'avais toujours vécu ici... Et le petit être qui grandit en moi, doit les aimer aussi, car c'est ici que j'ai commencé à sentir ses petits coups...

(Plus de détails sur la jolie surprise dans quelques jours ;-) )

dimanche 25 juillet 2010

Une page se tourne...

...un chapitre se ferme. Demain, il sera temps de fermer définitivement la porte de notre appartement.

Ces murs qui auront été notre premier nid à nous. Ici où je me serai parée de ma robe de mariée. Où j'aurai appris l'existence de Rocky. Cette minuscule chambre qui aura abrité la première année de Tom, qui l'aura vu grandir.

C'est le coeur lourd que nous aurons vu chaque pièce se vider, transformant notre 50m² en immense terrain de jeu pour notre fils.

Mais ce chapitre qui se termine laisse sa place à une autre histoire. D'autres murs qui s'empreigneront de souvenirs, de moments incroyables.

Et croyez-moi, on est bien parti pour. ;-)